Argentière : 4 étoiles ****

By Bertrand, 11 avril 2014

Le bassin d’Argentière se prête bien aux goulottes à la journée. L’approche à ski y est aisée depuis le top des Grands Montets. L’orientation NE – N – NW des faces garantit de bonnes conditions assez tard dans la saison. Le cadre y est grandiose, dominé par les grandes faces de la Verte, des Droites et des Courtes. Cerise sur le gâteau la descente jusqu’Argentière est rapide et plaisante. J’ai donc profité des conditions anticycloniques de ce début d’année 2014 pour parcourir quelques lignes de ce cirque glaciaire. 3 magnifiques journées, 3 compagnons et 3 fois un immense plaisir d’être là haut.

* 12.03.2014 – Aiguille Carrée – Goulotte Ravanel Frendo – 560m / TD-

 

L’aiguille Carrée est l’un des bastions composant l’arête des Grands Montets, magnifique ligne rocheuse qui permet de rejoindre le sommet de la Verte. Benjamin et moi allons remonter son flan nord par la goulotte Ravanel Frendo. A l’instar de nombreux itinéraires glaciaires qui sont restés bien secs cet hiver, les principales difficultés de la face semblent, de visu, bien pauvres en glace. De fait, après avoir rapidement parcouru les pentes de neige initiales et les premiers ressauts de glace nous venons buter sous le crux de la voie, 100 mètres de minces goulottes bien raides. Habituellement glaciaire, l’itinéraire cette année est une succession de passages mixtes avec sur les 20 derniers mètres un bon passage rocheux. Heureusement, si nous avions oublié nos dégaines ce jour là, nous avions une belle collection de friends pour forcer notre passage. Les grandes pentes de neige finales ne nous posent pas de problèmes et c’est avec une grande satisfaction que nous débouchons à la brèche, les visages réchauffés par le soleil, avec une vue imprenable sur la face nord des Drus.

** 14.03.2014 – Pointe du Domino – Goulotte Petit Viking – 500m / TD-

La pointe du Domino se situe dans le fond du bassin d’Argentière, sorte de cul de sac du territoire français : derrière ces grandes parois nord de 500 mètres de haut s’étendent à l’est la Suisse, et à l’ouest l’Italie.

Michka et moi avions déjà tenté l’aventure Petit Viking en début de saison avec une nuit dans le local d’hiver du refuge d’Argentière. Malheureusement pour nous les conditions météo n’étaient pas réunies pour permettre l’ascension. Malgré un départ matinal du refuge il nous faudra plus de 4 heures pour rejoindre la rimaye tellement nous brassions dans la neige. Sans compter une fixation et un bâton de ski cassés. Bref, mieux valait redescendre et rejoindre la crêperie d’Argentière ce jour là.

Les conditions en ce mois de mars sont bien différentes et Stéphane et moi gagnons la rimaye en deux petites heures. Le passage de celle-ci ne fut cependant pas de tout repos. Le pont de neige qui permettait de la franchir s’est écroulé le matin même et il nous faudra donc passer par les rochers rive droite de la goulotte pour prendre pied sur les premières pentes de neige. Je me souviendrai longtemps de cet épisode. Protections difficiles, grattonnage avec les crampons, surplomb de neige inconsistante. Que du plaisir ! Une fois franchie nous savions le plus dur derrière nous. Et en effet les excellentes conditions de la goulotte ont permis une ascension plaisante et rapide avec en prime une vue à couper le souffle. Sans oublier un coucher de soleil sur le bassin d’Argentière que nous étions les deux seuls privilégiés à contempler ce soir là.

*** 10.04.2014 – Sous le Mont Dolent – Goulottes variantes – 400m / TD-

Le Dolent est connu pour sa position géographique. En effet, il s’agit du seul point des Alpes avec une frontière commune entre la France, la Suisse et l’Italie. Quel meilleur endroit pour partager notre première sortie commune avec Hugues. Il habite dans le val d’Aoste, moi à Lausanne, et nous voilà encordés à Chamonix … Partage de projets, d’une certaine vision de la montagne et de la vie. Une belle rencontre en somme à l’abri de la face nord de ce sommet unificateur.

Côté grimpe, nous pensions partir pour le couloir Charlet. Les conditions nous amènent naturellement vers les goulottes variantes à gauche de celui-ci. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse … Elles nous réservent de très beaux ressauts de glace pas toujours faciles à protéger (rocher très compact, placages de glace fins, …) dans une ambiance démente.

A l’issue des goulottes nous nous posons la question de rejoindre la brèche mais les conditions nous font pencher pour la descente. Nous plions donc bagage avec en bonus une descente grandiose vers la vallée.

Et la quatrième étoile me direz-vous ? Réponse au prochain post…

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *