Aiguille d’Argentière et Aiguille du Refuge depuis le refuge d’Argentière

By Bertrand, 28 avril 2011

Grâce au mariage du prince William et de Kate Middleton, je dispose d’une période de congé prolongée pour les fêtes de Pâques. Martin et moi en profitons pour nous échapper vers le refuge d’Argentière pour deux journées d’alpinisme. Cette année les conditions météorologiques sont très particulières avec un recul important de la neige pour la saison, qui aurait 2 mois d’avance sur la normale. Montés en milieu de matinée aux Grands Montets, nous arrivons à ski au refuge d’Argentière peu avant midi et nous arrêtons déjeuner sur ce belvédère impressionnant de faces nord.

IMG_3926

Martin devant le Chardonnet et l'Aiguille d'Argentière

IMG_3929

Vers le refuge d'Argentière, le Mont Dolent en fond

IMG_3939

"Moto-glacier" devant la gace nord des Courtes

Après avoir laissé la plupart de notre matériel au refuge nous nous engageons vers l’Aiguille du Refuge, une pointe granitique idéalement située derrière le refuge et qui ne demande que 15 minutes de marche d’approche. Nous peinons tout de même car la neige est ramollie par le soleil et nous nous enfonçons à chaque pas. Nous avons choisi la voie « normale » de l’Aiguille dite du « Gâteau de riz » qui a une cotation modeste (5 sup) ce qui nous permettra de nous ré-habituer doucement à la grimpe sur granit. Je pars chargé de matériel de protection car la voie et les relais sont très peu équipés mais cela ne pose pas trop de problèmes car les nombreuses fissures permettent un assurage confortable. J’adore ce type d’escalade au plus proche du rocher, dans de superbes fissures. Les 6 longueurs s’enchaînent bien, dans des conditions quasi estivales, et c’est rapidement que nous nous retrouvons au sommet pour une séance photo. Après 3 longs rappels nous sommes satisfaits de constater que nous avons une avance confortable sur l’heure du souper, prévu à 18h tapantes !

IMG_3940

L'Aiguille du Refuge

IMG_3942

Chargé de matos !

IMG_3944

Martin dans la deuxième longueur

IMG_3960

Au sommet, funambule

IMG_3962

A fond Martin !

Une fois au refuge nous nous interrogeons sur la course du lendemain. Certes nous aimerions aller explorer ces faces nord qui se dressent devant nous. D’autant que la voie des Suisses en face nord des Courtes est en bonne condition. Nous observons à la jumelle les difficultés de la voie, notamment la rimaye et les deux ressauts glacés. Cependant, la météo annonce une instabilité durant l’après-midi, sans plus de précisions. Ceci est embêtant car la voie ne donne pas de possibilité de réchappe hormis une sortie par le haut une fois que nous y sommes engagés. Malgré le gardien qui nous pousse gentiment à « envoyer la sauce » nous décidons sagement de partir pour une course plus courte, et choisissons le couloir en Y à l’aiguille d’Argentière. Il s’agit d’un couloir de neige de 450m menant au sommet de l’Aiguille d’Argentière. Nous partirons avec les skis sur le dos afin de faire la descente par le glacier du milieu. Enthousiasmés de ce beau projet nous avalons rapidement le chili con carne fait maison et allons nous reposer.

IMG_0012

Aiguille d'Argentière à droite, Chardonnet à gauche

IMG_3967

Le bas du couloir au petit matin

4h du matin, nous voilà partis à skis sur le glacier des Améthystes. Après une première partie tranquille, la neige se transforme en glace et la pente devient plus raide. Nos skis adhèrent moins bien et c’est avec un peu de peine que nous arrivons en bas du couloir. 4 alpinistes nous précèdent et se sont engagés dans le couloir dont la première partie est en glace, et c’est donc une pluie de glaçons qui s’abat sur nous. Après avoir attendu la fin des hostilités nous nous engageons à notre tour. A la rimaye, barrière glacée entre le glacier et la montagne, succède une courte goulotte de glace. Puis le couloir s’étend devant nous jusqu’au bas de la séparation en deux branches qui lui a valu son nom, Y. L’ascension n’est jamais difficile d’autant que le couloir est en très bonne condition, tout en neige. Cependant le poids du sac chargé de skis et de corde (inutile…) alourdit chacun de nos pas. Après 3 heures d’effort, nous débouchons sur l’arête de neige menant au sommet. Malheureusement à ce stade les batteries de mon appareil photo ont rendu l’âme et je n’ai donc pas de photos montrant la beauté de cette arête. D’abord déchirée de blocs de granite émergeant comme une épine dorsale, la neige prend le dessus et c’est un mélange de pentes douces et de corniches funambules qui nous mènent au point sommital. La vue sur le massif est splendide avec une pensée particulière pour les grandes Jorasses et la dent du Géant.

IMG_3968

Martin devant le couloir Couturier

IMG_3969

Courtes, Droites, Verte

IMG_3970

Martin dans le couloir

Après un petit casse-croûte nous commençons la descente à skis. La neige est verglacée et c’est avec difficultés que je progresse sur ce terrain difficile chargé de tout notre matériel. Peu avant un goulet d’étranglement où la pente se raidit beaucoup nous déchaussons et passons ce passage délicat à pied, ainsi que les grandes pentes neigeuses menant à la rimaye. Même si le ski nous ramenant au refuge n’est pas très plaisant devnt la piètre qualité de la neige il est tout de même agréable de se déplacer aussi vie après l’ascension. Une portion de lasagne plus tard au refuge et un gros merci aux gardiens pour leur accueil, nous rentrons à Chamonix, ravis.

2 Comments

  1. Jan Bockstael dit :

    Bonjour,

    est-ce que c’est possible pour m’envoyer le photo ‘ »Moto-glacier » devant la gace nord des Courtes’ en résolution original?
    C’est seulement pour moi-même. J’ai grimpé sur Les Courtes et c’est un très beau photo.

    Mercie,
    Jan

  2. Bertrand dit :

    Je te l’envoie par mail. Grimpes-tu souvent à Chamonix ?

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *