Salut Jean-Marc

6 mars 2014

Quels mots poser sur cet affreux sentiment que l’on ne comprend pas. Et pourtant l’irrésistible envie de dire que les moments passés ensemble étaient privilégiés, hors du temps. Jean-Marc, tu es parti, mais les sourires que tu allumais sur le visage de ceux que tu guidais sont la trace éternelle de ton passage. Merci.